Comment tenir ses bonnes résolutions.

Souvent, nous ne parvenons pas à tenir nos bonnes résolutions.
La raison provient généralement d’une incompréhension fondamentale du processus à mettre en œuvre pour parvenir à tenir ses résolutions. Il est donc nécessaire d’identifier quelles sont les étapes à suivre pour qu’une résolution se réalise.
L’ensemble de ces étapes n’est autre que le processus de création, le terme création devant être compris au sens le plus large.
Quelques exemples :
Pour le repas de midi, je vais faire un gâteau au chocolat.
À l’occasion de la nouvelle année, je cesse de fumer.
Je voudrai faire de ma vie un exemple pour chacun d’entre nous.
Voilà trois créations faites en pensée, mais qui ne sont pas encore réalisées.
Au départ ce sont des pensées faites dans l’espace mental devant ensuite attirer des circonstances favorables et prendre forme dans la vie de tous les jours.
Les bonnes résolutions, au même titre que les créations, sont également des pensées.
Le problème est qu’entre une pensée et sa réalisation dans la vie, peuvent venir s’intercaler des émotions inconscientes, reliées à la pensée originelle, qui perturbent le résultat. C’est entre ces deux mondes, mental et physique, que résident les obstacles responsables de nos bonnes résolutions non tenues.
Reprenons les exemples ci-dessus.
Je ne me souvenais plus que mon fils ait mangé la dernière tablette de chocolat, impossible de faire le dessert pour midi.
Minuit ! Tout le monde s’embrasse et je décide fermement d’arrêter de fumer. Mais le lendemain, un copain qui vient me souhaiter la nouvelle année, m’offre une cigarette. Je craque…
J’ai soixante ans et ce soir, je fais le bilan de ma vie, c’est une catastrophe…
Conclusion : je n’ai pas fait ce qu’il fallait. Mais que fallait-il faire ?
Et les moments où je n’ai pas tenu mes bonnes résolutions me sautent à la figure, la culpabilité s’empare de moi. C’est douloureux et difficilement supportable ; je tente alors de rejeter la faute sur les autres ou d’accuser le mauvais sort ; bref, je me débrouille comme je peux pour justifier mon incompétence et ignorer ma frustration…
Si, au contraire, j’examinai l’état émotionnel dans lequel j’étais au moment où j’ai pris mes bonnes résolutions…
…voici ce que je pourrais découvrir :
Je voulais faire plaisir à la famille, mais refusais de prendre en compte le fait que mon fils visite régulièrement la provision de chocolat : il est trop mignon ce petit ! Et en examinant les choses de plus près, je découvre qu’ayant renoncé à réprimander mon fils pour avoir fini la tablette, j’ai choisi une façon déguisée de le faire en annonçant un dessert en chocolat, puis, guettant la réaction familiale au moment où je déclare mon désappointement, finalement, me faire croire que je suis une victime de la négligence commune…
Si je faisais de même avec les deux autres exemples, je mettrais à jour les différentes émotions, peurs, retenues, mensonges faits à moi-même et qui ont contaminé ma bonne résolution.
 
Ce qui est en cause ici, c’est le refoulement dans une zone mentale, l’inconscient !
Théoriquement, si nous avons décidé de refouler quelque chose, nous pourrions donc le ramener à la conscience… puis, reprendre notre bonne résolution et la voir se réaliser.
Ça paraît simple et évident !
Sauf que notre aptitude à refouler, pratiquée depuis notre plus tendre enfance face au monde des adultes si contraignant, est tellement performante qu’elle explique la difficulté d’inverser à présent la tendance !
Il est donc important d’utiliser une technique particulière pour retrouver ce que nous avons réellement créé à la place de la bonne résolution que nous nous étions persuadé de prendre.
Faites l’expérience suivante et observez la petite voix qui cherche à se faire entendre juste après que vous ayez énoncé votre résolution. Ça pourrait être :
Vous : cette année, mon blog va exploser sous les nouveaux abonnés.
La petite voix : tu sais très bien à quel point ce que tu fais est nul et sans intérêt.
Tendez un peu plus l’oreille et la petite voix continue son œuvre destructrice : ton père te l’a bien dit, mon pauvre garçon, tu n’arriveras jamais à rien…
Et en tendant encore plus l’oreille : la chance, c’est pour les autres… dans ta famille, il n’y a que des ratés…
Cette technique, c’est pour les contrariétés et les invalidations mineures qui se trouvent juste sous le seuil de la conscience, malheureusement, d’autres souvenirs imposés par la force et la crainte, constituant autant d’expériences traumatiques enfouies plus profondément, œuvrent dans la profondeur des coulisses. Et pour les atteindre, il faudra déployer des stratégies plus élaborées, souvent avec l’aide d’un professionnel compétent du développement personnel.
Enfin, pour ne pas se décourager dès le départ, utilisez cette technique simple : rappelez-vous alternativement, une résolution non tenue et une résolution tenue.
Vous découvrirez avec surprise qu’il y a eu beaucoup plus de résolutions tenues que ce que vous pensiez et peut-être même plus que de résolutions non tenues.
Informez-vous alors auprès de la petite voix et elle vous dira :
C’est simplement parce que tu ne prêtais attention qu’à celles qui n’ont pas été tenues.
 
Cet article participe à l’évènement "Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions" du blog Devenez Meilleur.
Ce blog rassemble une grande quantité d’articles sur les sujets touchant à la promotion de votre blog et au développement personnel. L’un des articles que je préfère est celui-ci.