eveil 3a

L’éveil à notre véritable nature – 3ème partie.

 

Nous avons vu dans les 1ère et 2 éme parties que l’éveil est quelque chose de très simple :

Juste être pleinement conscient d’être conscient.

Mais la difficulté est de rester dans cet état.

Pourquoi ?

Parce que nous sommes collés à nos créations :

Comme un acteur de théâtre constamment identifié à ses personnages, sans jamais prendre conscience qu’il ne fait qu’adopter des identités.

Nous serions donc comme un acteur de théâtre ayant complètement oublié qu’il est "le créateur" qui donne vie à des personnages de composition, (ses créations).

Nous faisons cela depuis très longtemps, tellement longtemps que nous sommes persuadés d’être nos identités.

Au contraire, lors de l’éveil à notre véritable nature, nous sommes au point de création où il n’y a rien, mais où tout devient possible.

Le créateur n’a aucune identité !

Il n’est même pas l’âme ou l’esprit.

C’est celui qui crée les identités, le temps d’une pièce de théâtre :

-        Une âme en vue d’une mission bien déterminée. (par exemple, à l’intérieur d’une famille d’âmes).

-        Un esprit avec une histoire et une personnalité.

-        Une vie incarnée sur une planète.

-        Et même plusieurs rôles en une seule vie. (d’où l’expression, avoir vécu plusieurs vies en une).

Nous pensons être Jean, Chantal, Pierre, Annie, Paul …   né(ée) le …   à …  ou l’archange …   la réincarnation de …   le guide …   etc …

Mais au niveau du créateur de ces identités, il n’y a rien, juste un potentiel créateur. Et il est parfaitement possible d’être conscient de ce rien pour la simple raison que nous sommes ce niveau de conscience.

C‘est notre véritable nature, mais généralement, nous ne la remarquons pas.

Pourquoi ?

Parce que nous sommes absorbés par nos créations en cours, plus particulièrement, par celles qui n’ont pas abouties comme nous l’aurions espéré et par celles auxquelles nous avons renoncées et finalement refoulées.

Le refoulement est la cause de notre incapacité à rester dans l’éveil.

Si nous pouvions soulever le voile sur les expériences que nous avons refoulées, les confronter et les intégrer, nous libérerions toute l’attention fixée sur le passé pour la mettre ici, dans le moment présent, au service de nos nouvelles créations. Et c’est comme cela qu’à la place de l’échec les miracles deviendraient possibles.

Quand toute notre attention est centrée sur, ici et maintenant, nous sommes en éveil stable, totalement éveillés.

La plupart du temps, nous avons suffisamment d’attention et de présence pour tenir relativement à distance ces expériences que nous refoulons. Puis, quelque chose, un événement, une situation, viennent rappeler par association d’idées, l’une ou plusieurs d’entre elles. Ces expériences passées viennent alors vampiriser le présent en consommant une partie de notre énergie, nous privant de l’attention nécessaire à confronter complètement l’expérience présente.

Cette baisse d’attention et ce déficit d’énergie nous empêche d’être en éveil de façon stable. La plupart d’entre nous ont une partie de leur attention fixée dans le passé de façon chronique. Cette quantité d’attention est stockée dans l’inconscient.

Ainsi, nous accusons en permanence un déficit d’attention, ce qui explique pourquoi si peu d’entre nous connaissent l’éveil.

Pourquoi refoulons-nous certaines expériences ?

On pourrait dire que c’était trop douloureux, qu’aucune solution n’est apparue, que personne ne nous a aidés, ou que nous n’étions pas prêts pour ça. Au moment où nous avons vécu l’expérience, ces justifications étaient exactes, sinon pourquoi ne pas avoir fait ce qui aurait permis de résoudre le problème ? Mais souvent, la culpabilité liée au fait d’avoir échoué, vient renforcer l’intention de refouler et la croyance que nous aurions pu faire mieux.

Mais aujourd’hui, il est peut-être possible de revoir ça :

-        C’est trop douloureux.

-        Il n’y a pas de solution.

-        Je ne suis pas prêt(e).

-        Je ne veux plus me sentir coupable.

Nous remarquons qu’il s’agit toujours de jugements. Nous avons plaqué un jugement sur l’expérience et nous l’avons refoulée.

Maintenir une expérience dans l’ombre de l’inconscient mobilise une partie de notre énergie et plus nous refoulons d’expériences, moins nous disposons d’énergie présente pour être ici en éveil.

D’après les différents témoignages de personnes parvenues à un éveil plus ou moins stable, il y a deux possibilités de libérer cette attention-énergie stockée dans l’inconscient.

-        Quand le refoulement est tellement grand que la souffrance occasionnée est insupportable, il se produit un renversement qui libère instantanément la personne de son passé. Elle accède à l’éveil stable.

-        Par la pratique de la méditation qui consiste à ressentir et intégrer les expériences refoulées basiques sans jugement. La personne retrouve graduellement toute l’attention qui était mobilisée dans l’inconscient. Elle accédera à des expériences d’éveil de plus en plus longues et finalement à un éveil stable.

Certains pensent qu’il y a une troisième possibilité. Ce serait une pratique consistant à faire le vide dans son esprit. Par exemple : certaines formes de méditation consistant à se concentrer sur un objet, un son, un mantra, etc …   Je n’ai pas connaissance de témoignages confirmant qu’il est possible d’atteindre l’éveil stable de cette façon, par contre beaucoup expérimentent des épisodes éveillés plus ou moins longs.