eveil 5a 

L’éveil à notre véritable nature – 5 ème partie.

 

Qu’est-ce exactement que l’inconscient ?

Pour ne plus rajouter de cadavre aux cadavres.

L’inconscient, c’est simplement ce qui n’est pas conscient !

Pourquoi quelque chose devient-il inconscient ?

Quand nous avons des difficultés avec une expérience, deux possibilités s’offrent à nous :

-        1 La confronter plus attentivement jusqu’à l’intégrer.

-        2 Renoncer à la confronter et décider de la refouler.

Dans la situation 2, nous refoulons tout ce que nous ne sommes pas parvenus à intégrer, dans une zone de l’esprit ou du mental que Freud a appelé l’inconscient.

Cette stratégie consiste à dire : cette expérience n’est pas importante ou est tellement désagréable que je vais l’oublier et faire comme si elle ne s’était jamais produite.

C’est le déni qui concerne tout aussi bien des expériences anodines, du style jeter un vieux ticket de bus sur la voie publique ou des expériences plus importantes, comme être enceinte et refuser de l’assumer.

L’inconscient est le réservoir de tout ce que nous avons refoulé.

Tout d’abord, nous pouvons remarquer que nous avons ce pouvoir extraordinaire de rendre inconscient quelque chose au point qu’il devient extrêmement difficile de s’en souvenir à nouveau.

Cette aptitude peut présenter quelques avantages, face à un danger extrême, par exemple de mort, en nous permettant d’ignorer momentanément la peur, et ainsi d’agir au lieu d’être pétrifié.

Mais dans la plupart des cas, cette aptitude nous entraine dans un cercle infernal que l’on pourrait appeler "la descente aux enfers".

En effet cette aptitude consomme une partie de notre énergie car elle est employée à maintenir les images traumatiques de ce que nous refoulons dans l’inconscient. Il en résulte un déficit pour faire face au présent.

C’est la raison pour laquelle nous nous comportons de temps en temps de façon non-optimale. Quand je dis de temps en temps, je suis très positif. En réalité, la conscience collective, dans cette zone de l’univers, se comporte chroniquement de façon sous-optimale depuis des millénaires et peut-être même depuis beaucoup plus longtemps,.

Il est possible et même certain qu’il en est tout autrement dans d’autres univers.

En ce qui concerne le nôtre, il y a déjà longtemps que nous aurions construit une société harmonieuse si nous avions réintégré et digéré le contenu de l’inconscient collectif.

L’éveil.

Afin de parvenir à l’éveil stable, c'est-à-dire un être en voie de réalisation, il est donc nécessaire de récupérer cette énergie investie dans l’inconscient.

Et pour cela nous disposons d’un réflexe inné : le bavardage mental !

La conscience ne souhaite pas rester inconsciente, ainsi tente-elle de se rappeler sans cesse à l’ordre. C’est pourquoi nous sommes littéralement assaillis par nos pensées et très souvent de manière incontrôlable.

Nos sociétés n’ont pas réussi jusqu’ici, à mettre au point une méthode efficace et rapide pour contrôler le flot des pensées et surtout pour intégrer et digérer le message qu’elles véhiculent. Beaucoup de ces méthodes exigent des pratiques assidues  pendant de nombreuses années.

La méditation est le terme qui résume l’ensemble des méthodes envisagées et existantes.

Ceci nous ramène au point 1 :

Confronter et intégrer.

Confronter signifie en partie, observer et ressentir sans jugement.

Nous allons voir plus loin, la totalité de la définition.

La plupart du temps, nous accordons au bavardage mental une véracité utilisable dans l’instant présent, alors qu’il s’agit d’une décision prise dans le passé concernant une situation différente de celle que nous devons affronter maintenant.

L’éveil est l’état ou l’Être se place au point de création du temps, de l’espace et de l’énergie.

(voir les articles 1, 2, 3 et 4).

Bien qu’un être qui a fait l’expérience de l’éveil, dispose de cet atout majeur, tant qu’il n’est pas stable dans cet état, il est toujours en manque de l’énergie bloquée dans l’inconscient. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il ne parvient pas à rester à ce niveau. L’environnement présent lui rappelle des expériences refoulées par association d’idées et il replonge partiellement dans l’inconscient régulièrement.

Mais il peut "survoler" l’inconscient.

C'est-à-dire qu’il ne le voit plus comme une vérité qui s’impose à lui, mais comme un réservoir crée par lui pour stocker ce qu’il a refusé de confronter.

Il a identifié son ennemi !...

C’est une expérience qu’il a faite, mais comprendre cela intellectuellement ne suffira pas, il faut l’avoir ressenti.

Dès lors, il est possible de ne pas rajouter d’inconscience à l’inconscience.

Quand le bavardage mental survient, accueillir et ressentir tout ce qui est là jusqu’à ce que l’on perçoive cette création devant soi. C’est vraiment une forme-pensée avec des limites et nous voyons la distance qui nous en sépare. C’est comme une bulle que nous venons de vider de sa signification.

Il est souhaitable de lui donner un nom qui résume l’impression qu’elle nous donne.

Ceci aide à s’en séparer.

Ensuite, il suffit de reconnaitre :

C’est ma création, ce n’est pas moi !

Si nous pouvons reconnaitre nos créations au niveau de l’Être que nous sommes, c'est-à-dire, ce n’est pas moi mais juste ma création, alors nous pouvons annuler celle-ci et créer quelque chose d’autre plus intéressant. Mais il est nécessaire d’avoir fait l’expérience de l’éveil sinon le processus restera mental car il aura été mené à partir d’une identité de l’être et non du créateur lui-même. C’est comme si nous avions écrit une pièce de théâtre et que nous confions notre survie aux personnages du scénario.

Ces identités provisoires virtuelles, ne possèdent  aucun pouvoir autre que celui qu’on leur prête et elles l’utiliseront à notre insu pour survivre dans l’inconscient. (phénomène de possession à des degrés divers).

Tout le travail sera alors à refaire, mais si c’est nous, l’Être, qui réintègre l’énergie de ces formes-pensées pour les restituer au conscient, il en résulte un accroissement de conscience et une expansion de l’Être.

La plupart du temps, nous occuperons un espace plus grand que d’habitude. (espace vibratoire énergétique plus rapide).

Nous avons donc maintenant la totalité de la définition, 

Confronter :

Observer et ressentir sans jugement, puis, digérer et annuler la création indésirable, récupérer de l’énergie.

Je serais heureux de connaitre vos succès ou vos remarques et commentaires.